La SNCF promet aux voyageurs l’enfer pour le lundi 31 octobre

tumblr_mb6lpzdfy31r283lbo2_500Vous ne faites pas le pont le week-end de la Toussaint et/ou vous devez vous déplacer à Paris ? Tant pis pour vous ! La SNCF vous prévient : le week-end de la Toussaint sera infernal pour vous (car) « chargé en travaux. »

Au menu : deux chantiers de grande ampleur sur la ligne R : renouvellement de 4 aiguillages entre Bois le Roi et Fontainebleau et le remplacement d’un pont à Souppes/Loing.

La SNCF communique sur les conséquences sur les trajets de ses clients :
– Sur Paris-Melun et sur la branche Hericy, service normal
– Dans les autres gares (sauf Paris – Melun et branche Hericy) : aucun train les samedi 29 et dimanche 30 novembre, moins de trains ou trains courts les 31 octobre et 1er novembre.
– Entre Nemours Saint-Pierre et Montargis : aucun train du samedi 29 octobre au mardi 1er novembre (début des interruptions le 28/10 à 22h30).
Retrouvez sur ce site le flyer d’information de la SNCF pour voir à quelle sauve vous allez être mangés.

La SNCF communique également sur les moyens de palier (au moins en partie) ces désagréments : les bus de substitution (qui n’ont jamais fonctionné pendant la période des crues de juin dernier !) avec en plus des allongements de temps de parcours à prévoir. Autre moyens : des trains de substitution entre Melun et Montereau via Hericy (pas sûr que ce les usagers de Montargis apprécieront) ou utiliser un véhicule personnel, voire le covoiturage IDVROOM.com (offre remboursée pendant les travaux).

Flyer d’information de la SNCF sur les travaux pendant la Toussaint 2016
Horaires modifiés du 5 septembre au 10 décembre 2016 (Transilien)
Ligne R fermée à partir de 21H via Moret du 29 août au 18 novembre 2016
https://www.transilien.com/lignes/rer-trains/ligne-R

Paris-Bercy a changé de nom

laurent-5Rien de tel qu’un bon coup de com pour se refaire une virginité.

Prenez la nouvelle dénomination de la « Gare Paris Bercy », devenue pompeusement : « Gare Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d’Auvergne ». Côté politique, le Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, et le Présidente de Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, entendent faire de ce lieu stratégique une vitrine de leur région respective, non sans rappeler les subsides grassement versés à la SNCF pour faire rouler les trains Intercités.

Côté SNCF, son Président Guillaume Pépy entend caresser les voyageurs – provinciaux – dans le sens du poil, en rappelant la – soi-disante – priorité accordée au réseau ferré non-TGV et à l’investissement matériel. La Vie du Rail du 30 septembre 2016 (« Paris-Bercy devient Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d’Auvergne ») rappelle que la gare de Bercy accueille 1,6 millions de voyageurs par an et que 12 rames Paris-Bercy transportent 1400 passagers chaque jour. C’est dire l’importance de cette ligne.

Une importance relativisée par une insatisfaction des utilisateurs : prix des forfaits, matériel vieillissant, retards endémiques. À ce sujet, la SNCF a beau jeu de sortir de sa besace une statistique « maison » : 89 % de régularité pour la ligne Paris-Nevers : les utilisateurs y voient plus un enfumage qu’un chiffre digne de foi.

Le changement d’identité de la Gare de Bercy ne sonne pas comme une révolution : la gare du 14e reste modeste, excentrée, mal desservie et aussi esthétiquement moche. Des travaux sont en cours pour une meilleure accessibilité : l’avenir dira si un jour la « Gare Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d’Auvergne » parviendra à couper son cordon ombilical de son aînée, la Gare de Lyon.

Qui dit dommages dit dédommagements

k20q_ncUn dédommagement a été mis en place pour les voyageurs des lignes Transilien dont le service garanti n’a pas été respecté durant la grève et ceux qui ont subi des suppressions de trains suite à la crue de la Seine et de ses affluents en mai et juin 2016.

Afin de faciliter les démarches des clients éligibles à ce dédommagement, Transilien a créé un site dédié : mondedommagement.transilien.com. Vous pourrez y trouver toutes les informations sur les modalités de remboursement et y déposer votre demande à compter du 27 juillet.

https://mondedommagement.transilien.com

Le trafic reprend ce mercredi

C’est peut-être le début de la fin de la galère pour les voyageurs du Paris-Montargis-Nevers : les trains devraient reprendre ce mercredi 8 juin. La reprise est cependant progressive (« sans détournement par Vierzon » précise la SNCF). Les trains sont cependant susceptibles d’accuser des retards de 20 à 30 minutes sur cet itinéraire « en raison des ralentissements dus à la remise en état de la voie« .

sncf8juin

J’ai testé le Montargis-Paris en période de catastrophe naturelle

WP_20160606_06_55_08_ProAlors que Montargis vient d’être classé en catastrophes naturelles suite aux inondations, la vie tente de reprendre son cours normal, non sans difficulté. L’un des problèmes les plus aigus réside dans les transports. La ligne Nevers-Paris, via Montargis est fréquentée par plusieurs milliers de voyageurs quotidiennement. Telle une lointaine ville de la banlieue parisienne, la vie de ces travailleurs est rythmée par les horaires de trains, qu’ils soient TER ou Transiliens. Comment dans ces conditions rallier Paris lorsqu’aucun train ne circule à Montargis et qu’aucune ligne de bus de substitution n’a été mise en place ? J’ai testé pour vous. Ce qui n’était en principe qu’un voyage ordinaire pour rejoindre La Défense s’est avéré un vrai casse-tête.

05:00 : départ pour la gare. Je m’y rends à pied avec l’unique espoir de trouver un bus de substitution, des informations du week-end prédisant de possibles cars pour se rendre à Nemours (le tronçon Montargis-Nemours est complètement coupé en raison des inondations et des travaux de « vérification » – c’est ce que j’ai appris en tout cas ce lundi).

05:20 : Arrivée à la gare. Un affichage sur les portes est sans ambiguïté : aucun bus n’est prévu. J’aborde un agent de la SNCF : « Ce n’est pas normal ! Vous vous rendez-compte ? » Réponse : « Oui, oui, ce n’est pas normal. Mais les compagnies privées ont refusé dimanche soir d’assurer des navettes ». Il me tend une dérisoire feuille de retard justifiant les problèmes de la SNCF. Pendant ce temps, in autre voyageur désœuvré quitte la gare. Je l’accoste par réflexe : « Vous avez une voiture ? Vous allez à Nemours ? Je peux venir avec vous ? » Il accepte. Ma bonne étoile me sourit. Nous prenons la route à 05 :33.
Nous traversons des zones touchées par les inondations comme si la région venait de vivre un séisme pour reprendre une comparaison de Jean-Pierre Door, le maire de Montargis. Le Canal de Briare est encore énorme. La petite ville de Nemours offre une image de cité dévastée. Le Loing bouillonne, menaçant mais la ville est de nouveau au sec. Au sec mais avec encore les stigmates de cette catastrophe naturelle.

6:10 : Nemours. Il y a du monde sur les quais pour attendre la navette qui relie la ville à Moret. Lorsqu’elle arrive à quai, avec vingt minutes de retard, les voyageurs se pressent et partent à l’assaut des places libres. Ceux qui prendront la navette à Montigny-sur-Loing et Bourron-Marlotte-Grez auront moins de chance.

6:47 : arrivée à, Moret. Changement de quai pour prendre le Transilien qui nous amène à Paris Gare de Lyon. Le départ a lieu à 7 heures pile. L’arrivée se fait presque sans encombre à 7H57. Il ne restera plus qu’à gérer une coupure de ligne sur le RER A entre Gare de Lyon et Châtelet : bagatelle. La ligne 14 est un recours plus qu’acceptable

Au final, arrivée à destination à 8H30 : mission accomplie ! Mais à quel prix : plus de trois heures 30 de voyage.

« A Montargis, la SNCF patauge et les transporteurs routiers aussi »

Et pour ne rien gâcher !

Et pour ne rien gâcher !

A Montargis, la SNCF patauge et les transporteurs routiers aussi

WP_20160606_06_26_27_ProMauvaise surprise tôt ce matin pour les voyageurs souhaitant se rendre à Paris (la plupart pour le travail). Les inondations ayant provoqué des dégâts sur les voies, aucun train n’est à prévoir cette semaine entre Montargis et Paris. Et c’est la même punition pour les voyageurs de Nevers ou de Gien.

La SNCF avait donc (très) discrètement organisé des bus de substitution pour au moins acheminer les voyageurs vers Nemours (voir photo ici), d’où ils pouvaient se rendre par rail jusqu’à Paris.

Pour une raison encore inexpliquée (mauvais calcul de la SNCF ? incapacité des transporteurs d’assumer ? Ou les deux ?), aucun bus ne partait de Montargis. La compagnie ferroviaire est aujourd’hui encore incapable de répondre sur la manière dont elle va gérer cette crise. Et voilà, des milliers d’usagers en panne de transports.

Les voyageurs du Paris-Montargis-Nevers sont obligés d’user de débrouillardise : télétravail pour les quelques chanceux, pose de RTT et/ou congés payés. Quant aux autres, il leur reste le système D : covoiturage et hébergement…

Bon courage à tous !